Jan 4, 2018

Posted by in France | Commentaires fermés sur   L’écosystème médiatique : communication

  L’écosystème médiatique : communication

  L’écosystème médiatique : communication

 

 

 La communication a-t-elle une place dans les sciences sociales ?

“Voici la “vraie question de mon livre “communication et sciences sociales”, la journaliste française Audrey Crespo-Mara”.

Il est à reconnaître que peu de champs d’étude ont acquis aussi peu de reconnaissance que l’étude de la communication.

Pour quelle raison ? Il n’est pas facile de fournir une réponse univoque à cette question, mais, on peut avancer plusieurs hypothèses, ajoute, Audrey Crespo-Mara.

 

Premièrement, l’objet d’étude a été fractionné en plusieurs disciplines.

Certes, ce morcellement signifiait un enrichissement incontestable au début.

Toutefois, progressivement, un besoin d’unification s’est imposé.

Or, au lieu d’une mise en ordre systématique, c’est plutôt le contraire qui s’est produit ; chaque discipline s’efforçant de prouver sa supériorité sur les autres et sa légitimité à traiter des problèmes liés à la communication.

Ce combat stérile épuisa rapidement les plus qualifiés, qui ont abandonné le champ et qui sont retournés à leur discipline d’origine.

Par conséquent, au lieu d’élargir la réflexion grâce aux chercheurs appartenant aux divers horizons et permettre d’approfondir de nouvelles questions émergées, le champ de la communication s’est progressivement rétréci et fané pour rappeler au célèbre verdict de Berelson (1959) (l’un des spécialistes de l’analyse des phénomènes de communication).

Si cette image terne caractérisait les années cinquante, dès le début des années soixante, la situation s’est quelque peu modifiée, et même améliorée par la suite.

Mais quoi qu’il en soit, l’étude de la communication n’a jamais pu obtenir ses lettres de noblesse, elle est restée le “point pauvre” des sciences sociales.

Tout laisse à penser que cette situation ne changera pas, tant qu’on s’efforcera d’étudier l’objet (la communication) en dehors du contexte social.

Une deuxième raison, qui a très probablement intervenu dans la disqualification de la discipline est liée, au fait que l’objet “communication” se prête plus que n’importe quel autre objet d’étude à la bataille idéologique.

À la fois porteur de message et message même, il a été souvent utilisé pour cette fin.

Il en résulte que la scientificité tant convoitée, n’a jamais pu être acquise.

Aujourd’hui, au seuil du vingt et unième siècle, les spécialistes font des efforts pour mieux se comprendre mutuellement, et sont également, prêts à renoncer à des conceptions dogmatiques, et ainsi, échapper à l’isolement scientifique.

Donc, la communication est un processus social, et joue un rôle fondamental, dans les sciences sociales, ajoute ACM”.

 

Le livre de cette dernière, épouse de Thierry Ardisson, met en évidence le rôle de la sociologie dans l’analyse de la communication, en soulignant le côté social de tout acte de partage.

“Si je n’ai pas donné lieu à l’approche psychologique, ce n’est pas pour occulter, ignorer, ou négliger son apport fondamental.

Mais, bien qu’elle entre dans l’analyse des phénomènes sociaux, elle concerne davantage des relations interindividuelles, autrement-dit, les sciences humaines.

En dehors de la centralité de la communication dans la théorie sociale, qui apparaît clairement dans les textes, un certain nombre de préoccupations fondamentales émergent.

On pourrait notamment mentionner le souci méthodologique, constamment présent chez les chercheurs.

Bien entendu, il s’agit d’une problématique capitale pour tous”, ACM.

Comments are closed.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services