Avr 9, 2018

Posted by in Divers | Commentaires fermés sur La figure de renom de l’islam européen au cœur de la controverse

La figure de renom de l’islam européen au cœur de la controverse

La figure de renom de l’islam européen au cœur de la controverse

 

Mis en examen à la suite de plaintes pour actes immoraux, le théologien suisse et prêt à rendre son passeport et à verser une caution pour retrouver sa liberté.

 

 

Le théologien malade ? La Cour ordonne une nouvelle expertise médicale


La Cour d’appel de Paris a dernièrement ordonné une nouvelle expertise sur l’état physique de Tariq Ramadan, accusé et incarcéré pour acte immoral, avant de se prononcer sur sa remise en liberté. Écroué et inculpé début février, l’islamologue genevois conteste fermement son maintien en détention provisoire, invoquant la détérioration inquiétante de son état de santé. L’examen de son recours a eu lieu le 22 février.

L’islamologue suisse âgé de 55 ans est détenu actuellement (et pour durée indéterminée) à la Prison de Fleury-Mérogis en Essonne. Il a été placé en garde à vue puis incarcéré le 2 février dernier suite aux plaintes de deux femmes l’accusant d’avoir tenté de les approcher.

Depuis le début de cette enquête, qui a émergé sur les pas du scandale Weinstein aux États-Unis, l’intellectuel, conteste les révélations diffamatoires relayées par ses détracteurs et la presse médiatique, pour des faits qui auraient eu lieu entre 2009 et 2012.

L’équipe d’avocats chargée de la défense du théologien, désapprouvant la décision des juges quant à son maintien en prison, réclame fortement sa remise en liberté sous contrôle judiciaire, notamment pour raisons médicales.
La défense a déposé au mois de février un mémoire d’une trentaine de pages, auprès de la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris, un mémoire dont l’Agence-France-Presse a eu connaissance.

Sévèrement malade


Outre la remise de son (unique) passeport suisse et l’acquittement d’une caution de la valeur de 50 000 euros, les avocats proposent notamment d’autres garanties telles que l’obligation de pointer quotidiennement au commissariat, l’interdiction d’avoir le moindre contact avec les présumées victimes et de quitter le territoire.

Atteint d’une sclérose en plaques et d’une autre neuropathologie, l’inculpé était arrivé en ambulance à l’audience du 22 février, selon les conseils qui soutiennent que l’état de santé de leur client est incompatible avec son maintien en cellule.
Les avocats s’en prennent par ailleurs dans leur mémoire, aux déclarations de la première plaignante Henda Ayari (une ex-salafiste convertie en militante féministe) et de la seconde femme, la quarantaine, présentée sous le pseudonyme ‘‘ Christelle ’’.
Concernant Mme Ayari, ils démontrent que la date qu’elle mentionne pour les actes présumés, entre le mois de mars et le mois d’avril 2012, ne s’aligne pas avec d’autres éléments du dossier. Dans le cas de Christelle, c’est la nature des faits et l’horaire de leur rencontre qui sont contestés.
Cette dernière a assuré que ces faits ont eu lieu dans l’après-midi du 9 octobre 2009. Or, la défense de monsieur  Ramadan affirme qu’il n’est descendu d’avion dans l’aéroport de Lyon qu’à 18h35.

On constate que depuis quelques semaines, l’écrivaine Henda Ayari mène une violente campagne contre l’intellectuel genevois qu’elle accuse d’intimidation et des pires agissements. Les proches de ce dernier, craignent l’intention de la femme de faire pression sur les autorités judiciaires concernées en médiatisant à outrance le dossier.

Comments are closed.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services