Mar 30, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Immobilier commercial : les pièges à éviter en cherchant un local commercial à New-York

Immobilier commercial : les pièges à éviter en cherchant un local commercial à New-York

Immobilier commercial : les pièges à éviter en cherchant un local commercial à New-York

 

Certes le marché new-yorkais forme l’El dorado pour un grand nombre d’entrepreneurs en France qui ne rêvent que de conquérir l’Amérique, toutefois, une des premières étapes à franchir afin de pouvoir s’implanter à New-York est la recherche d’un bureau ou d’un commerce. Cette étape est cruciale, c’est pour cette raison que l’entrepreneur doit l’aborder avec beaucoup d’attention. Surtout, que le marché new-yorkais et français sont bien différents.
Grâce à l’analyse de Homelike Office, la filiale de Homelike Home qui assure la chasse de bureau grâce a ses chasseurs immobilier Paris, Bordeaux et Londres, vous saurez tous les pièges qu’il faut éviter.

Le phénomène de Loss Factor

Le phénomène de Loss Factor est typiquement new-yorkais. En effet, à New-York, les surfaces indiquées sur le contrat sont généralement plus importantes que les surfaces réelles. Puisque, sur le papier, les surfaces comprennent les parties communes, les murs, et même parfois la cour ou une partie du trottoir. Il est aussi important de noter que le Loss Factor est plus important dans les locaux dédiés aux bureaux qui sont en étage avec prés de 50 % d’écart avec la surface réelle du local. C’est vraiment scandaleux, toutefois, il n’existe pas de réglementation, comme c’est le cas en France. C’est pour cette raison qu’il faut toujours s’assurer que la surface du bien est bien adaptée aux besoins de l’entrepreneur. Pour un français qui n’a pas envie de se déplacer à chaque fois à New-York, afin de faire les visites, il peut déléguer la recherche de son bureau idéal à des chasseurs immobiliers comme Homelike Home, spécialiste de la chasse immobilière depuis 2003, à Londres.

Un inventaire important ne signifie pas nécessairement que vous aurez une baisse du prix

En vous promenant dans les rues de New-York vous verrez beaucoup de locaux pour des bureaux à louer, et beaucoup pensent puisqu’il y a autant d’offres, les prix des locaux doivent être facilement négociables. Eh bien Non ! Puisque à New-York, les propriétaires ne veulent pas dévaloriser leur bien en diminuant le loyer. Toutefois, ils peuvent accorder au locataire, une nouvelle climatisation, des mois de loyer gratuits en plus ou de la création d’un nouveau système de ventilation par exemple pour un restaurant.

Le dépôt de garantie avant tout

Le dépôt de garantie qui est plus élevé pour les sociétés étrangères est beaucoup plus important aux Etats-Unis qu’en France. Surtout, si votre société est nouvelle sans historique ni déclaration de revenus, il faudra dans ce cas se préparer à débourser entre 6 mois et un an de loyer.

 

Read More
Fév 9, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Chasseur de biens immobiliers : la nouvelle tendance dans le marché de l’immobilier en France

Chasseur de biens immobiliers : la nouvelle tendance dans le marché de l’immobilier en France

Chasseur de biens immobiliers : la nouvelle tendance dans le marché de l’immobilier en France

Existant depuis les années 90 aux États-Unis et au Royaume-Uni, la chasse immobilière commence à prendre ses repères en France. La mission d’un chasseur de bien est de chercher des logements ou des bureaux ou des locaux commerciaux pour le compte d’un client. Contrairement à une agence immobilière qui est au service des vendeurs, un chasseur immobilier bordeaux ,paris ou autre, ne se préoccupe que de l’intérêt de l’acquéreur. Tentant de dénicher le bien qui correspond le mieux aux attentes de son client, le chasseur immobilier doit être un fin connaisseur du marché local. Parmi les leaders du marché français, on peut citer, Homelike Home, qui est un spécialiste de la recherche personnalisée des biens immobiliers au niveau de Paris, Bordeaux, voir même Londres et New-York.

Comment effectuer une chasse immobilière ?

La mission principale d’un chasseur de bien immobilier est de trouver le bien parfait pour son client, alors que le marché de l’immobilier est assez tendu. En effet, trouver le bien idéal pourrait être un véritable parcours du combattant à cause de la pénurie des biens de qualité, mais aussi de la multiplication des interlocuteurs tels que les agences, les notaires, les marchands de bien et les particuliers.
Bénéficiant d’un réseau assez intéressant et une bonne connaissance du marché de l’immobilier dans différents secteurs, le chasseur fera tout son possible afin de satisfaire son client.
En effet, le chasseur de bien accompagne son client de la définition de son besoin jusqu’à la signature définitive du contrat d’achat ou de location, tout en assurant les intérêts de l’acquéreur. Mandater par le client pour rechercher un bien précis, le chasseur immobilier doit tout d’abord établir un cahier de charges contenant toutes les attentes du client. Ensuite, il doit contacter toutes les agences immobilières et se renseigner auprès de ses différents contacts dont les concierges d’immeuble, mais aussi consulter les petites annonces, afin de sélectionner les biens les plus intéressants. Le chasseur effectue une première visite tout seul afin de vérifier que le bien correspond à la demande du client. Une fois, sélectionnés, le chasseur fait visiter les biens les plus intéressants à son client.

Les qualités requises afin de devenir un chasseur immobilier

Selon Christine Pelosse la créatrice de Homelike home, l’un des leaders de la chasse immobilière en France, un chasseur immobilier doit être dynamique et réactif afin de pouvoir dénicher la perle rare. En effet, avec ses déplacements, ses visites, et ses séances de porte-à-porte, le chasseur à très souvent un emploi du temps assez chargé, c’est pour cette raison qu’il doit avoir aussi le sens de l’organisation. En outre, il faut qu’il soit disponible afin de répondre à tous ses clients, mais aussi afin de ne pas laisser passer une information primordiale de la part d’un collaborateur.

 

Read More
Jan 7, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Pourquoi créer une SCI ?

Pourquoi créer une SCI ?

Pourquoi créer une SCI ?

 

Vous comptez investir dans un bien immobilier et vous espérez trouver une solution afin de transmettre plus facilement vos biens immobiliers à vos enfants. Vous voulez acquérir un bien immobilier, en famille tout en simplifiant la gestion du patrimoine locatif.
La question que tout investisseur dans un bien immobilier doit se poser : est-ce qu’il vaut mieux détenir un bien immobilier à travers une société civile immobilière ou être le propriétaire direct du bien ?
Afin de répondre à cette question, il faut que l’investisseur puisse avoir toutes les informations qu’il faut sur ce type de société. Pour ce faire, Alexis François, le directeur adjoint responsable de la gestion immobilière, au sein de la société de gestion A Plus Finance, apporte tous les détails qu’il faut concernant la société civile immobilière.

Les atouts d’une société civile immobilière

La création d’une SCI permet à l’investisseur dans l’immobilier de mieux organiser juridiquement l’acquisition et la gestion du bien immobilier, surtout lors de la transition du bien à vos enfants. En effet, dans une société civile immobilière, chaque associé possède des parts du patrimoine immobilier.
Une société civile immobilière se caractérise par une grande souplesse au niveau de sa structure, permettant ainsi aux associés de fixer à l’avance tous les règles de sa gestion. En effet, les statuts doivent être rédigés bien avant de déclarer la gérance de la société. Le gérant de la société civile immobilière a donc les mains libres de bien choisir le locataire ou de faire les travaux qu’il faut, voir même de prendre la décision de vendre le bien. Néanmoins, ce n’est pas le cas dans une indivision, où il faut avoir la majorité afin de gérer la société civile immobilière. « Une société civile immobilière est avant tout un outil juridique qui dissocie propriété et pouvoir » explique Alexis François, le directeur adjoint de la société de gestion, A Plus Finance, spécialisée dans la gestion immobilière depuis 20 ans.

Transmission de votre patrimoine facilement

Vous voulez transmettre votre patrimoine immobilier à votre famille ? Vous pouvez le faire par l’intermédiaire d’une société civile immobilière, qui offre par ailleurs un grand nombre d’avantages.
En effet, grâce à une société civile immobilière, vous pouvez céder vos parts à vos enfants plus facilement. Toutefois, il ne faut pas dépasser le seuil d’abattement qui est de 100 000 euros, en effet, au-delà de ce seuil l’associé doit payer des droits de transmission.
En outre, la société civile immobilière offre en plus de la facilité de transmission, l’avantage d’avoir le contrôle sur son propre patrimoine immobilier.
Généralement dans une société civile immobilière, un associé n’a pas la capacité de vendre ses parts à une tierce personne sans l’accord de ses associés, sauf s’il existe des clauses permettant cette action.

Read More
Déc 6, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur Investir en SOFICA : une fiscalité qui attire plus que jamais

Investir en SOFICA : une fiscalité qui attire plus que jamais

Investir en SOFICA : une fiscalité qui attire plus que jamais

Soutenir la production cinématographique française et obtenir une réduction fiscale avantageuse voilà la bonne promesse des Sofica.
Comment investir aux Sofica ? Quels sont les avantages et les inconvénients des Sofica ? Vous trouverez tous les éléments essentiels à connaître avant d’investir.

Les SOFICA en France

L’industrie cinématographique en France fait partie du patrimoine national, par ce fait, elle est naturellement soutenue par les pouvoirs publics. En plus des différents faveurs accordées par l’État (système d’avances sur recettes, les subventions variées …) les Sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel, viennent en bonne place pour apporter leur soutien aux productions cinématographiques françaises.
Ces sociétés, comme A Plus Image 8 la filiale de la société de gestion A Plus Finance, participent dans la co-productions de plusieurs films français et offrent aux investisseurs particuliers un bel avantage fiscal. Toutefois, sauf énorme succès d’un film, les rendements des productions cinématographique sont généralement très modestes.

La rentabilité des SOFICA

La part du rendement des films co-produits est de plus de 12 % par an si les productions cinématographiques ont rempli toutes les salles. Toutefois, la rentabilité des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel, ne dépend pas seulement des succès des films co-produits, puisque le plus souvent, un investisseur n’arrive même pas à retrouver l’intégralité de sa mise (qui de 5 000 euros au minimum). En effet, un investisseur particulier ne peut récupérer qu’entre 60 et 70 % de la somme investie dans les SOFICA. C’est la faute aux lourds frais de gestion qui est estimée à 3 % après achat et qui devient de 2 % par an entre 5 et 10 ans. Malgré que le rendement moyen est estimé à 4 %. Néanmoins, l’investissement dans les SOFICA reste l’un des meilleurs placements vu l’avantage fiscal qu’ils offrent.
Cela dit un film qui réussit à remplir toutes les salles compte aussi dans le résultat. En effet, il suffit d’un bon nombre de blockbusters pour que les sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel, restituent la quasi-totalité des sommes investies. Cela pourra booster le rendement des investisseurs jusqu’à 12 % par an. À l’inverse, une série de flops va agir négativement sur SOFICA au point de faire perdre aux investisseurs leur argent.

Les risques du placement dans des SOFICA

En cas de plusieurs flops successifs, le retour sur investissement des particuliers sera négatif. Puisque le capital n’est pas garanti, investir dans une Société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel est un peu risqué. Toutefois, comme à précisé le dirigeant de la société de gestion indépendante A Plus Finance, ce risque passe en second plan surtout pour les gros contribuables qui pensent plutôt à l’avantage fiscal qu’offrent les SOFICA.

Read More
Oct 5, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur La gestion financière des PME

La gestion financière des PME

La gestion financière des PME

Les FIP, pour accéder au marché avec une fiscalité favorable

Créés par la Loi pour l’initiative économique du 15 janvier 2004, les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) sont des FCPR ayant vocation à favoriser le développement des petites et moyennes entreprises (PME) régionales.
Le FIP est un placement à risque (FCPR) qui ouvre droit à une réduction d’impôt (30 %) sur le revenu. Ils sont des véhicules d’investissement (fonds d’investissement) qui doivent investir 78 % de leurs actifs dans des titres de petites et moyennes entreprises françaises non cotées issues de quatre régions limitrophes. Le solde de l’actif du FIP (45 % maximum) est investi librement (obligataires, actions, placements monétaires).
Entre 2013 et 2017, l’AFIC (Association Française des Investisseurs pour la Croissance) dénombre la création de 120 FIP. Quelque 980 millions d’euros ont été levés, et 500 entreprises ont été accompagnées.
– 70 % d’entre elles comptent moins de cent salariés ;
– 21 % de ces entreprises sont en création, 49 % en développement, 38 % en transmission ;
– 170 entreprises ont été accompagnées ;
– 250 millions d’euros ont été investis ;
– 420 millions d’euros ont été levés ;
– 40 FIP ont été créés.

Quelles différences entre FIP et FCPI ?

+ FCPI (Fonds Commun de Placement dans l’Innovation) :


Créé en 1997 ;
Entreprises éligibles : entreprises innovantes ;
Conditions d’éligibilité : 30 % de l’actif peut être investi en sociétés innovantes européennes de petites capitalisation cotées sur un marché réglementé de l’EEE, 8 % au moins doit être consacré à des entreprises dont le capital est compris entre 120 000 et 3 millions d’euros, 65 % au moins de l’actif doit être constitué de valeurs mobilières, avances en compte courant et parts de SARL, qualification Oseo Innovation ou Dépense de R&D, pas de limitation en matière de total bilan, pas de limitation en matière de CA, effectif inférieur à 2 500 personnes, à tous les stades de développement.

+ FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) :


Créé en 2003 ;
Entreprises éligibles : entreprises régionales ;
Conditions d’éligibilité : de 1 à 5 régions limitrophes, répondre à la définition de PME européenne, 25 % de l’actif peut être investi en sociétés cotées européennes de petite capitalisation, 15 % au moins doit être consacré à des entreprises de moins de 5 ans, 68 % au moins de l’actif doit être constitué de valeurs mobilières, avances en compte courant, parts de SARL.
Les FIP sont semblables aux FCPI et fonctionnent donc sur le même principe.

Réaliser un investissement dans des parts de FIP et de FCPI permet aux investisseurs de diversifier efficacement leurs patrimoines grâce à une double présence : dans le capital de sociétés non cotées à fort potentiel, et en Bourse, par le biais des OPCVM.
Créée en 1999, A Plus Finance (une société de gestion de portefeuille) est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du Capital Investissement en France. Son savoir-faire repose sur l’expertise de ses équipes de gestion, qui regroupent à la fois des entrepreneurs et des financiers. Elle gère depuis plus de huit ans des trois fonds de fonds, des FIP et des FCPI.
Implantée à Paris, A Plus Finance est présente dans les métiers de l’immobilier, de la multigestion, du cinéma et du financement des PME.

Read More
Sep 25, 2018

Posted by | Commentaires fermés sur Les différents modes de financement pour les entreprises

Les différents modes de financement pour les entreprises

Les différents modes de financement pour les entreprises

Comment le crédit commercial peut aider votre entreprise ?

L’utilisation adéquate du crédit fournisseur (ou crédit commercial) peut être une source de financement considérable pour les PME. En plus de financer le fonds de roulement, le crédit commercial peut servir à financer une partie des actifs fixes de l’entreprise si la perception du paiement des ventes est plus rapide que l’échéance du crédit fournisseur. En outre, l’utilisation des comptes fournisseurs peut faciliter l’accès au crédit bancaire dans des stades plus avancés si l’entreprise jouit d’une bonne réputation en matière de remboursement auprès de ses fournisseurs. Retarder le paiement à un fournisseur peut aussi constituer une décision opérationnelle et servir à évaluer la qualité de leurs produits et s’il est possible d’établir des relations de long terme fructueuses. Dans des contextes d’innovation, par exemple, les fournisseurs constituent d’importants collaborateurs qui doivent être impliqués dans le développement de l’entreprise. Obtenir de leur part des produits de qualité répondant aux exigences des clients, selon les normes et les délais requis, sont des conditions non négociables pour permettre à l’entreprise de réussir le développement de produits nouveaux et se démarquer sur son marché. Les entrepreneurs ont révélé leur préférence pour le financement par les fournisseurs, étant donné la flexibilité que cela leur laisse et le peu de contraintes exigées par leurs bailleurs de fonds contrairement au système bancaire et au marché du crédit institutionnel. À cet effet, les petites entreprises subissant plus souvent des contraintes dans l’accès au financement bancaire utiliseront plus intensivement le crédit fournisseur pour leurs activités.

Qu’est-ce qu’une société de gestion ? Quel est son rôle ?


Les sociétés de gestion sont des établissements de crédit ayant obtenu un agrément de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) afin de fournir des services d’investissement. Ces dernières gèrent des actifs, souvent pour compte de tiers. Dans le cas de la gestion de fonds ou de portefeuille, la SGP peut déléguer une partie de l’activité, comme la gestion financière ou la gestion comptable et administrative. La gestion des liquidités implique, pour le responsable financier, de s’assurer que les rentrées de fonds se font le plus rapidement possible et que les sorties se font le plus tard possible. Cette gestion des délais a été présentée à partir de la gestion des différentes composantes du fonds de roulement. Si les rentrées se font plus tardivement que les sorties l’entreprise peut alors recourir à un financement bancaire afin de combler ses déficits temporaires de liquidité. Or, comme l’accès à ce financement est difficile pour bien des entreprises, on constate que plusieurs PME visent à assurer leur autofinancement en générant des liquidités à partir de leurs opérations habituelles.
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, gère depuis plus de vingt ans des trois fonds de fonds, des FIP et des FCPI. Elle intervient dans tous les secteurs innovants (les domaines du développement durable, du e-commerce et des technologies de l’information). L’équipe regroupe des financiers et des entrepreneurs.
Au-delà de l’avantage fiscal, A Plus Finance affiche une double ambition : dégager la meilleure rentabilité pour les souscripteurs de ses fonds et soutenir les PME dans leurs développements.

Read More
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services