Juil 17, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur PSG s’associe à de nouveaux partenaires

PSG s’associe à de nouveaux partenaires

PSG s’associe à de nouveaux partenaires

Après la filiale de la marque américaine Nike, Jordan, le président du Paris Saint-Germain, s’associe, à de nouvelles marques. Le célèbre club parisien en plus d’être un grand club de football, il ambitionne pour devenir une grande marque. En effet, le président du club de la capitale, Nasser Al Khelaïfi, vient de signer un partenariat avec la grande marque BAPE, afin de réaliser une nouvelle collection de capsule. La célèbre marque japonaise « A Bathing Ape », connue pour sa collection de streetwear, compte créer une nouvelle collection aux couleurs du PSG qui seront vendu à compter du mois prochain dans ses magasins, ainsi qu’en ligne.

Une collection de streetwear aux couleurs du PSG

Pour le célèbre club de la capitale, les collaborations se suivent, mais ne se ressemblent pas. En effet, après l’annonce du directeur de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes sur les partenariats signés la semaine dernière avec Hubside et Lovebet, le président du club affirme la signature d’un nouveau partenariat entre BAPE et le parisien. Connue pour ses vêtements de luxe plutôt du style streetwear, la marque japonaise, compte créer une collection de prêt-à-porter mêlant les deux univers respectifs des deux associés.

Si le club parisien n’en dit que très peu sur cette collaboration, la marque japonaise a néanmoins précisé que la capsule sera constituée de 13 références dont trois qui seront proposées en exclusivité aux supporters du champion de France.
En effet, BAPE, a publié quelques modèles, dont des vestes zippées et des T-shirts portant des motifs de camouflage réinterprétés aux couleurs du club de la capitale. Sur la collection les deux logos, celui du PSG et de la marque japonaise se côtoient sur les différentes pièces de prêt-à-porter.
Les adeptes de la marque BAPE et supporters du club de la capitale devront patienter jusqu’au mois prochain pour pouvoir procurer les modèles de la nouvelle collection qui seront disponibles selon la marque aux magasins de BAPE, mais aussi en ligne.

Collaboration avec Air Jordan

Il y a déjà quelques mois que le président du club de la capitale Nasser Al Khelaïfi, a signé un partenariat avec la marque Air Jordan. Le fruit de cette collaboration avait été dévoilé dernièrement, avec la création des nouveaux maillots de l’équipe pour la Ligue des champions.
Cette collaboration avec la marque qui n’est autre que la filiale de la marque américaine Nike, été afin d’assurer au club son extension, tout en garantissant au club d’« être unique » comme à mentionné le président du PSG.
En plus d’être un grand club de football, le président du PSG ambitionne pour son club de devenir une marque globale de sport.
En outre, le directeur de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, a annoncé le 25 novembre dernier que le club a aussi renouvelé une nouvelle fois le contrat de sponsoring, avec la marque Coca-Cola France.

Read More
Juil 12, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur La stratégie de la diplomatie sportive du Qatar

La stratégie de la diplomatie sportive du Qatar

La stratégie de la diplomatie sportive du Qatar

L’état du Qatar depuis un an subit un blocus de la part de l’Arabie saoudite et ses alliés qui ont rompu toutes relations politique et économique avec leur voisin. Malgré ce blocus, le Qatar est devenu depuis ces dernières années, l’un des acteurs incontournables dans le monde du sport. En ayant une diplomatie sportive omniprésente, le Qatar vise à donner une bonne image de l’état gazier dans le monde.

Organisation des évènements sportifs

En plein dans la préparation de la coupe du monde de 2022, le Qatar est déjà un habitué de l’organisation des compétitions de hauts niveaux sur ses terres. Rien qu’en 2017, le Qatar a organisé 39 compétitions internationales, sans oublier les championnats du monde de handball de 2015, et se prépare au championnat de l’athlétisme de 2019. En effet en espace d’une décennie, l’état du Qatar aura reçu et participé à l’organisation des principaux événements sportifs.
Avec la participation du président du club parisien Nasser Al Khelaïfi et de Jean-Martial Ribes le directeur de la communication du PSG et du QIS (le fonds d’investissement Qatari dans le secteur sportif), le secrétaire général de le comité olympique de l’état du Qatar, a fixé l’ambition de réaliser 50 compétitions internationales durant 2030, soit une compétition chaque semaine de l’année.

La vitrine de l’état du Qatar

Le football reste le sport privilégié pour le Qatar, la vitrine de l’émirat. En plus de l’achat du célèbre club parisien, le PSG, qui est géré par le bras droit de l’émir et l’ex-tennis man Jean-Martial Ribes , le Qatar s’apprête à organiser le plus grand événement sportif, la coupe du monde de 2022.
L’émir Tamim bin Hamad Al Thani, promet que la coupe du monde 2022 sera à l’image du Qatar. Depuis la désignation du Qatar comme le pays organisateur du mondial de 2022, en décembre 2010, et les responsables de l’organisation travaillent jour et nuit afin de garantir les meilleurs des mondiaux. La FIFA a déjà annoncé, qu’elle a exceptionnellement modifié la date du déroulement de la coupe du monde, qui aura lieu en hiver entre le 21 novembre au 18 décembre à cause des conditions climatiques du pays.

Pas seulement l’organisation des évènements sportifs

Mais le Qatar ne s’arrête pas à l’organisation de plusieurs évènements sportifs afin d’affirmer sa diplomatie. Malgré que l’émirat possède l’une des plus grandes réserves de gaz au monde, le Qatar a investi dans plusieurs clubs français. N’oublions pas l’achat du PSG en 2011, mais aussi l’acquisition de tous les droits de diffusion des championnats de France ainsi que de la Ligue 1. « Si l’état du Qatar n’avait pas investi dans les droits de transmissions des matchs, il n’y aurait plus de Ligue 1 » a affirmé Frédéric Thiriez, l’ancien responsable de la Ligue.
Il ne reste plus à Qatar que d’organiser les Jeux olympiques. En effet, le QOC réfléchit déjà à une candidature pour 2032.

Read More
Juil 3, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’une SOFICA ?

Qu’est-ce qu’une SOFICA ?

Qu’est-ce qu’une SOFICA ?

Les sociétés de coproduction de films et de séries télévisées – SOFICA – sont un acteur incontournable du financement de l’industrie cinématographique et audiovisuelle. Elles ont été créées par la loi du 23 septembre 1988 ainsi que le décret du 31 mars 1993.

  La création de ces fameuses sociétés visait – principalement – à apporter un soutien accru à la production indépendante et d’orienter les financements vers les œuvres pour lesquelles ce nouvel apport est très important. C’est dans ce but que fut créé la notion “d’adossement” – une action dans laquelle une banque lie une opération financière, comme un placement ou un crédit, avec une autre opération ayant le sens inverse -, le Centre National de la Cinématographie tendant à privilégier les financements non adossés, principalement en rehaussant l’allègement fiscal qu’ils génèrent.

    Quels sont ses avantages ?

  C’est la “Charte des SOFICA” qui fixe les engagements de ces sociétés ainsi que les critères d’adossement des investissements. En application de la Charte, 79 % des financements des SOFICA étaient non adossés en 2018 et 73 % des financements globaux concernaient des films ou des séries télévisées dont le budget est inférieur à 10 500 euros.

   Plus de 45 % des financements réalisés sous forme de contrats d’association à la réalisation portaient sur des premiers et deuxièmes films. Le Film “Born Out” financé par la SOFICA SG Image 2019, conseillée par A Plus Finance, sort en salles ce jour. Un Film de Yann Gozlan, scénariste, réalisateur et producteur associé français.

   L’apport des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel représente en moyenne 12. 6 % des films considérés. Un réalisateur doit savoir que l’agrément des investissements du Centre National du Cinéma et de l’image animée est obligatoire pour les films ou les séries télévisées – puisqu’il permet le contrôle du CNC sur l’investissement. Les sociétés de coproduction de films et de séries télévisées appliquent par ailleurs un taux d’intérêt aux montants restants dus par le réalisateur, dans la phase de récupération de leurs investissements. Ce taux maximal autorisé – 79 % avec certains investissements – peut être revu chaque année. Celui-ci est évalué sur la base des obligations d’État.

      Comment privilégier ce placement ?   

Le système de ces fameuses SOFICA est à la fois un gage de diversité et de pérennité de la production européenne, mais aussi un véritable soutien à la production indépendante, le tout via l’incitation fiscale. C’est une très bonne nouvelle que l’État ait affirmé son soutien au mécanisme en lui donnant une nouvelle attractivité, en augmentant la déductibilité des financements, quoique l’introduction d’un quota d’investissement dans les séries télévisuelles peut craindre une diminution de l’investissement sur les projets cinématographiques. A Plus Finance assiste les SOFICA dans leurs activités financières. Elle a conclu avec chacune d’entre elles une convention – spécifique – d’assistance pour mieux répondre à leurs besoins et à leurs attentes.

Read More
Juin 17, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Réduire l’impôt en investissant dans les PME

Réduire l’impôt en investissant dans les PME

Réduire l’impôt en investissant dans les PME

L’acquisition d’actifs sociaux ou professionnels permet de minimiser le montant de l’impôt sur la fortune “ISF”. La souscription au capital d’une start-up ou d’une petite et moyenne entreprise permet ainsi de bénéficier d’une minoration de l’ISF.
Pour les souscriptions effectuées depuis le 20 mars 2013, cet avantage fiscal s’élève à 74 % des versements retenus ou effectués. Celles-ci peuvent être effectuées, soit lors d’une augmentation de capital, soit lors de la constitution de la start-up ou de la PME. Même un contribuable non-dirigeant peut investir dans une PME ou une start-up pour réduire son ISF. Les participations peuvent être directes ou s’effectuer au travers d’un fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI), d’une société holding – qualifiée également de “société consolidante” ou de “société mère” -, ou d’un fonds d’investissement de proximité (FIP).
Mais la déduction sera limitée à 25 millions d’euros, en cas d’investissement dans ces fonds.

Pour un gérant, les parts d’une société consolidante – ayant pour vocation de regrouper des actionnaires ou des associés souhaitant acquérir une influence significative dans les entreprises – sont aussi exonérées quand sa participation représente plus de la moitié de son patrimoine taxable à l’ISF ou si celui-ci exerce une fonction de direction et détient au moins 35 % du capital. L’engagement doit porter sur 42 % au moins du capital si l’entreprise n’est pas cotée, ou 32 % des droits de vote et du capital si celle-ci est cotée.
Ce mécanisme s’applique aussi aux parts possédées dans une entreprise détenant une participation dans la PME ou la start-up dont les titres font l’objet de l’engagement. En cas de transmission de titres d’entreprise ou d’une société par succession ou donation, le pacte Dutreil – une loi visant à faciliter l’accès à la création de société en allégeant la fiscalité et en simplifiant les démarches administratives – permet aussi de bénéficier d’une minoration de 82 % des droits de mutation.

Que change la réforme de l’ISF d’Emmanuel Macron ?

Le plafond de l’avantage fiscal est abaissé à 25 millions d’euros (au lieu de 30 millions d’euros auparavant) pour les souscriptions de parts de fonds et à 60 millions d’euros pour les inscriptions au capital de PME.
Le taux de la réduction d’impôt sur la fortune pour les investissements dans les PME – que ce soit au travers d’une société holding ou en direct – est fixé désormais à 68 % du montant des versements retenus ou effectués (au lieu de 85 % précédemment).
Pour rappel : les participations au capital des PME ou des start-ups exerçant une activité immobilière ou financière sont désormais exclues du dispositif.
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, a consacré en 2018 plus de 60 500 euros au financement de 120 PME françaises innovantes afin de les accompagner dans leur transmission ou leur développement. Ce groupe a franchi la barre des 980 000 euros d’encours sous gestion. A Plus Finance propose un ensemble de solutions d’investissement.

Read More
Juin 6, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur OPCI : un placement immobilier hybride innovant

OPCI : un placement immobilier hybride innovant

OPCI : un placement immobilier hybride innovant

Qu’est-ce qu’un OPCI ?

L’Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI) permet d’investir de façon indirecte dans l’immobilier. C’est un fonds immobilier dont le cadre juridique est inspiré de celui des OPCVM. Il est accessible via un contrat d’assurance vie ou un compte titre. Cette solution innovante existe depuis 2010. Elle permet de réaliser (entre autres) un placement immobilier indirect tout en gardant la main sur son épargne. L’OPCI est un placement liquide ; l’investisseur peut demander le rachat de ses titres à tout moment.
L’Organisme de Placement Collectif Immobilier loue et achète des immeubles physiques (logements, commerces ou bureaux). Il achète également des obligations ou des actions ; il investit dans des valeurs mobilières favorisant la liquidité si les investisseurs souhaitent sortir.
L’achat des titres d’OPCI peut se faire en toute liberté, à son rythme et selon ses moyens, à partir de quelques centaines d’euros. Cet investissement est effectué sous forme de support en unités de compte. C’est un produit d’épargne à long terme associant actifs financiers et immobiliers.
Un OPCI est généralement géré par une société de gestion, agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (Amundi, Viveris REIM, BNP Paribas REIM, A Plus Finance, SOFIDY, etc.). La société de gestion d’actifs “A Plus Finance” a reçu l’agrément de l’Autorité des Marchés Financiers pour la gestion d’OPCI RFA, un véhicule le plus moderne pour la gestion de l’immobilier. Cette dernière envisage de lancer, dans le courant de l’année, son troisième OPCI “Génération 3” dédié aux Résidences Services Seniors (RSS). Il vise des investissements en zone européenne. Cette société de gestion gère depuis plus de trente ans des trois Fonds de Fonds, des FIP et des FCPI. Cette dernière intervient dans tous les domaines (e-commerce, technologies de l’information, etc.) innovants. L’équipe regroupe des entrepreneurs et des financiers.

Les différents types d’OPCI

Dans les Organismes de Placement Collectif immobilier, il existe deux types d’investissement permettant aux épargnants de bénéficier des caractéristiques de l’immobilier, tout en réduisant les risques.
L’OPCI est un fonds d’épargne non coté et peut avoir 2 formes juridiques :
– Le FPI : copropriété de type FCPI (Fonds Commun de Placement dans l’Innovation) : transparence au plan fiscal, elle distribue à ses actionnaires des plus-values immobilières et des revenus fonciers.
– La SPPICAV (Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable) : une société de type SICAV, elle distribue des dividendes dans la catégorie fiscale des revenus de capitaux propres. La SPPICAV est soumise à la fiscalité immobilière et est exonérée de l’IS (Impôts sur les Sociétés). C’est une entreprise anonyme qui délègue tous ses pouvoirs à une SGP et qui possède une personnalité morale (une entité dotée de la personnalité juridique) sur le modèle des Société d’Investissement à Capital Variable.

Read More
Mai 31, 2019

Posted by | Commentaires fermés sur Comment profiter des avantages fiscaux suite à l’investissement dans une PME ?

Comment profiter des avantages fiscaux suite à l’investissement dans une PME ?

Comment profiter des avantages fiscaux suite à l’investissement dans une PME ?

Investir dans une PME offre un avantage fiscal bien plus intéressant que d’investir dans l’immobilier. En effet, suite à la réforme apporté par le gouvernement au cours de ces dernières années, de plus en plus d’épargnants, se sont intéressés de plus prés à l’investissement dans le capital d’une entreprise. Offrant une réduction de l’impôt sur le revenu pouvant atteindre 18 % de la somme investie, le gouvernement vise à encourager les investisseurs à participer dans le développement économique du pays.

Quels sont les critères à respecter pour profiter des avantages fiscaux ? C’est la question que le président et co-fondateur de la société de gestion indépendante A Plus Finance essayera d’y répondre dans cet article.

Les conditions à respecter

Afin de pouvoir profiter des avantages fiscaux que propose la loi Madelin, le placement doit remplir un certain nombre de conditions, qui concernent à la fois les sociétés financées ainsi que les investisseurs.

Selon le responsable de la société de gestion A Plus Finance, pour que l’entreprise soit éligible au dispositif de la loi Madelin, elle doit respecter certaines conditions comme :
– elle soit être soumise à l’impôt sur les sociétés et non cotée à la bourse.
– la PME doit compter moins de 250 salariés et posséder au moins deux salariés.
– la PME doit avoir un chiffre d’affaires annuel qui n’excède pas les 50 millions d’euros ou de posséder un bilan annuel qui ne dépasse pas 43 millions d’euros.
– l’activité de la PME ne doit pas dépasser 7 ans depuis la première vente commerciale.

Il est important de mentionner que les holdings peuvent être éligibles au dispositif de la loi Madelin. Pour ce faire elles doivent respecter un certain nombre de critères comme :
– être constituées d’entreprise non cotée et soumises à l’impôt sur les sociétés.
– possèder un siège de direction dans un pays appartenant à l’UE.
– Ayant pour objectif de posséder des participations au capital de différentes PME cibles
– Informer chaque contribuable de tous les détails portant sur l’investissement comme la période de conservation des titres, les frais et commissions, les risques… etc.

Les conditions que les investisseurs doivent respecter

Tous investisseurs qui peuvent profiter de l’avantage Madelin doivent :
– être une personne physique
– être résident en France
– acheter uniquement le statut actionnaire sans profiter d’aucune contrepartie
– maintenir les titres acheter durant une période minimale de 5 ans.
– chaque année, l’investisseur doit attester au fisc la conservation de ses titres en fournissant le justificatif Sowefund.

Read More
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services